Sainte-Thérèse encourage une négociation saine et honnête

La Ville de Sainte-Thérèse encourage une négociation saine et honnête, comme à chacune des négociations antérieures. Elle souhaite une entente entre les parties depuis le début du processus de négociation. La majorité des groupes syndiqués au Québec ont isolé la négociation de leur convention collective du projet de loi 3, en optant pour revoir après l’adoption de la loi, les ententes touchant le déficit des fonds de pension. La mairesse a donc invité les employés syndiqués de Sainte-Thérèse à se rasseoir à la table de négociation. « Contrairement à ce qui est véhiculé, l’employeur souhaiterait régler la question salariale afin que l'ensemble des employés bénéficient d’une rétroactivité du 1er janvier 2012 à ce jour. », a mentionné la mairesse Sylvie Surprenant.

En juin dernier, la Ville de Sainte-Thérèse informait les citoyens que la demande de revalorisation du fonds de pension des employés cols bleus et cols blancs retardait l’aboutissement des négociations de la convention collective. Il est important de mentionner que cette option représentait une somme de 720 000 $ dans un régime déjà déficitaire de 3 M $.

De plus, par le biais d’un communiqué émis en septembre dernier, la mairesse de Sainte-Thérèse a affirmé son désaccord face à la loi 3 et particulièrement en ce qui a trait au partage du déficit passé des régimes de retraite. Elle préconise plutôt la souplesse de la part du Gouvernement provincial afin que chaque Ville puisse agir selon sa réalité et les particularités de ses régimes de retraite. Il est important de comprendre que la finalité de la loi 3 appartient au Gouvernement et que la Ville ne peut porter l’odieux des décisions prises par ce dernier.

Rappelons que la capitalisation du fonds de pension à Sainte-Thérèse était de 89 % au 31 décembre 2013. « Je le répète, il est important d’assurer la pérennité des fonds de pension et de favoriser l’équité intergénérationnelle. Pour ce faire, l’on se doit d’actualiser les paramètres de la loi en vigueur pour qu’elle soit juste et équitable pour les employés, mais aussi pour les retraités et les citoyens. », a renchéri la mairesse Surprenant.